Cuillères anti-galères

Alors que je me réveille tranquillement ce matin, et que je finis ma séance d’auto-roulage sushi dans ma couette en plume, je me dis qu’on va continuer sur une ambiance douceur. Hé oui, ce n’est pas tous les jours qu’on a son Lundi (sans le soleil, car à Paris, il pleut…beaucoup). Je me concocte un petit thé au lait qui rappelle l’Inde, et, vu l’état des courses, je me demande ce que je vais bien pouvoir manger pour répondre aux appels de l’estomac. Je tourne la tête : il reste des pommes….mmmm….quoi faire…ça y est j’ai trouvé !

« A chaque cuillère, j’oublie mes galères. »

Telle est la phrase instinctive qui m’est venue lorsque j’ai dégusté cette petite recette improvisée de compote de pomme-cannelle sur lit de caramel beurre salé (recette TRÈS simple, peu coûteuse et de saison).

Oui, oui, vous m’avez bien lu…

photo

La douceur-cocooning atteint son apogée avec une lecture du magazine Happinez 🙂

Ingrédients (pour 1 personne) :

  • 2 pommes (dans l’idéal, de vieilles pommes bien mûres que tu avais en tête de mettre à la poubelle…on lutte contre le gaspillage, vive la compote !)
  • 1 cuillère à café de cannelle
  • 1 cuillère à café de caramel beurre salé (Bretagne représente !)
  • 1 cuillère à soupe de sucre de canne

1)Epluchez et coupez en dès vos pommes (sans le trognon et pépins).

2)Mettez les morceaux dans une casserole avec un demi-verre d’eau, le sucre, la cannelle et laissez cuire environ 15 min, jusqu’à ce que les pommes soient fondantes.

3) Chauffez votre caramel et déposez-en une cuillère en fond de verre ou tasse. Puis versez votre compote par dessus.

Pour le goûter ou le petit déjeuner, c’est l’idéal 🙂

 

Publicités

Des tagliatelles pas comme les autres

Comme j’essaie de diminuer au max les féculents (ma culotte de cheval se porte mieux!), on ne misera pas sur un mix bizarre à base de fromage et pâtes Kub or aujourd’hui. Non, non,  qui dit recette de fauchée dit recette inspirée! Et cela grâce aux conseils nutrition de Amaia 🙂 Voici donc:

Recette ultra-rapide de tagliatelles de courgettes aux champignons et tofu

photo

Ici on dirait vraiment des pâtes car j’ai utilisé une courgette jaune 🙂 effet bluff garanti!

Ingrédients (pour 1 personne):

  • 1 courgette bio (car on va manger la peau ici)
  • 100g de tofu (la moitié d’une barquette sous-vide)
  • Une poignée de champignons (frais ou en conserve)
  • Huile d’olive
  • Paprika
  • Poivre
  • Sel

1)A l’aide d’un économe, épluchez dans le sens de la longueur la courgette pour faire de belles lamelles de courgettes (avec la peau). Quand vous atteignez les pépins, c’est qu’il faut arrêter.

2)Coupez en petits dès le reste de courgette avec pépins, et faites les revenir dans une poêle avec de l’huile d’olive en même temps que les champignons et le tofu coupé en petit dés. Rajoutez les épices.

3)Enfin, rajoutez vos lamelles et faites les revenir dans de l’huile d’olive avec le reste, en pensant à bien remuer pour bien les cuire et pour ne pas qu’elles accrochent la poêle.

Et hop c’est fini! 🙂

50 nuances de Green

1544515_553363854798289_7271348726873552440_n
Désolée de te décevoir mais Christian et la Chambre Rouge, ce n’est pas pour ce soir…


Pour mon ultime conseil du dossier anti-gaspillage, j’aimerais juste te dire que oui, il est temps d’ouvrir les yeux (…oui bon ben dans ce cas, tu ôtes ton bandeau velour là, et tu écoutes attentivement…tsss) et de se rendre compte que nous sommes dans un monde qui bouge les enfants! Mouvements citoyens, innovations, projets collectifs sont au coeur de ce que l’on appelle « l’Economie Sociale et Solidaire » (ESS). Comme le mois de Novembre arrive et que c’est le mois de l’ESS, je me suis dis que ça serait bien de vous faire découvrir quelques petits potins qui sont en lien avec l’anti-gaspillage alimentaire, et qui se passent tout près de chez vous.

Disco Soupe

Alors Disco Soupe, ce n’est pas vraiment une radio que l’on laisse tremper dans la marmite, non ça tu laisses tomber. En réalité, ce sont des mouvements de militants et citoyens qui veulent sensibiliser la population au gaspillage, partout dans le monde. Les fruits et les légumes invendus ou pas assez standards pour la vente (supermarché, sortie d’un champs), sont récupérés, cuisinés ensemble en musique et distribués gratuitement dans la rue. De l’ambiance, des rencontres et de la bonne humeur, tout en dégustant ton smoothie ou soupe maison, je dis « oooooh ouiiiiii ».

Les jardins partagés

Jardins familiaux, ouvriers ou partagés, il est temps d’aller cultiver son petit coin de paradis…euh, je veux dire son potager. C’est bel et bien l’essence de l’agriculture urbaine, et c’est ça qui est bon! Si tu n’es pas adepte des plantes décoratives dans ton appart’ et que tu as quand même envie de faire du compost du feu de Dieu (parce que concrètement ça te fait chier de jeter tout à la poubelle quand tu sais la merveille que ça peut faire: conseil n°4), il te suffit d’aller dans une de ces associations de jardins partagés (dans ta ville, ton quartier), et d’y adhérer pour avoir ta petite parcelle. Seul, à deux, en famille (les enfants adorent, si, si), tu y plantes tes légumes, plantes médicinales ou aromatiques (…), tu en récoltes les fruits, tu recycles tes déchets verts et tu recrées un lien entre toi, la terre, la nature, la vie…oui bon on va s’arrêter là. Ce qui est cool, c’est que tu rencontres sur le lieu d’autres personnes avec qui tu peux parler, te marrer et plus si affinités…. Mieux que Tinder ma gueule!

C’est la fin du dossier anti-gaspillage! N’hésitez pas à continuer à vous renseigner et à poser des questions 🙂

Elémen-Terre mon cher Watson

Pour cet avant-dernier article du dossier « anti-gaspillage »,  on va rentrer dans le vif du sujet  alors accroche toi et je te conseille vivement de ne rien manger avant de lire. Ton chemisier risque de le regretter…Enfiles tes bottes (même celles rouge à pois blanc) et mets tes gants parce qu’aujourd’hui ma gueule, on va faire du….du…(du pôle dance? non! du poney? non!!)….

Du compost!

10410311_550030398464968_1332970598095557835_n

Whaaaaaat?

Le compost mon cher, c’est la V-I-E. Proprement dit, car oui on va créer un beau petit mélange cocooning pour les micro-organismes qui vont recycler tes vieux déchets de légumes, fruits, mais aussi marc de café, coquilles d’oeufs, mouchoirs

Il suffit de suivre un schéma simple composé de 3 petits bacs, de vers de terre (surtout pour ceux qui habitent en appartement, ça évite les odeurs) et de beaucoup de patieeeence! Pour savoir tous les détails => Composteur appartement

Bon j’avoue après, tout ça, c’est pas très sex….

Alors petites astuces:
1) Choisis de jolis bacs tant qu’à faire, et pas un vieux trucs moisis en mode litière
2) Places ton système de compostage dans un coin de la cuisine de manière discrète
3) Penses à bien couvrir les bacs, parce que ça pourrait faire fuir ton rencard du samedi soir…pas kikoo.

Et tu me diras « euh, ouais, et qu’est-ce que tu veux que j’en foute de ton compost?« . Et bien, pour cultiver de petites plantes aromatiques (verveine, sauge, thym, basilic..au top pour l’Hiver!) dans des pots sur le balcon ou dans la cuisine, jardiner, entretenir ton potager,  entretenir les pots de fleurs et plantes qui décorent ton appart…Tout cela avec un super-engrais-de-la-mort-qui-tue. C’est 100% naturel et 100% économique 🙂

Je vous mets en lien un guide trop bien et complet pour vous y mettre. Tentez l’expérience, ça va pas vous mordre 🙂  => Guide compostage

Bref, c’est l’histoire de la vie, le cycle éternel quoi.

Mettre la main au panier

10250296_547100042091337_2478908117524177823_n

Quand je te dis « mettre la main au panier », c’est pas une blague. Alors au choix , tu choppes ton panier qui moisit dans le garage et que tu sors pour le donner aux gamins à Pâques OU tu prends le sac recyclable de ton supermarché favori (oui oui, celui où il y a plein de fleurs dessinées) OU tu oses le magnifique caddie de la grand-mère (un petit côté old school # hipsterstyle #swag).

Et direction : l’AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne). C’est une petite structure qu’il y a dans ta ville (si, si, je t’assure, tu tapes sur google et tu verras) et qui permet d’aller te fournir en fruits et légumes frais et trooooop bons chaque semaine auprès d’un producteur qui te confectionne un bon petit mélange.En plus, des fois, il y a même du pain, fromage ou miel 🙂 La diversité, la régularité et la confiance sont les mots d’ordre.

En résumé

  • Chaque semaine, tu as droit à des produits différents (de saison, variétés anciennes…) dans une quantité qui t’évite de gaspiller ou de laisser pourrir tes légumes au fond du frigo (pas bon ça…)
  • Tu t’engages auprès du producteur du coin sous forme de contrat (6 mois/1 an, selon les AMAP, tu fais une avance via un petit chèque), ce qui lui permet d’avoir un revenu plus stable et d’écouler correctement ses récoltes.
  • Moins de gaspillage (pas de déchets plastiques ou d’emballages, pas de standardisation des produits, tout est consommé).
  • Des produits de qualité, généralement ici issus de l’agriculture biologique (y’a pas à dire, le goût est TOP!). Cool pour ceux qui en ont marre de manger de la ****** et qui optent pour une démarche éco-responsable.
  • Prix semblables à ceux en supermarché (donc c’est niquel même pour ceux qui sont un peu fauchés en fin de mois)
  • Lieu de rencontres avec des acteurs qui font bouger ta ville et ta planète en même temps

=

T’as tout compris à la vie!

On peut aussi opter pour d’autres types d’approvisionnement en circuits-courts comme aller au marché, commander à la Ruche qui dit Oui etc…C’est selon les envies 🙂

Créa(c)tions culinaires

« Y’a rien à bouffer dans le frigo! Faut faire les courses! » On entend souvent cette douce mélodie le soir au moment du repas. Et c’est pourquoi, certains commandent à emporter ou vont acheter un petit surgelé au supermarché du coin ou un plat tout prêt etc…Et ben moi je dis : NON!

10734173_543913989076609_7103789555088654341_n

Parce que dans la plupart des cas, on voit toujours trainer des restes : les vieilles pâtes d’il y a 3 jours, la tranche de jambon qui a survécu, le yaourt qui a passé sa « date de péremption » depuis 1 semaine, la boite de thon ouverte à moitié entamée…. Les exemples sont nombreux.Bon alors maintenant, on va se bouger le popotin et laisser libre cours à son imagination. Parce que le gaspillage alimentaire, ben c’est nul! On cuisine ses restes du frigo, mais dans les règles de l’art : je ne te parle pas de faire revenir à la poêle avec une tonne d’huile tout ce qui traine, on va pas déconner; non moi je te parle de faire des trucs BONS! Et ouais, c’est possible en suivant les 3 conseils suivants:

1) Alors déjà, il faut acheter les produits frais au jour le jour ou au dernier moment. Genre « ouais j’achète plein de courgettes, comme ça je les cuisinerai un de ses 4« , à d’autres! Quand vous allez faire les courses, achetez raisonnablement. C’est pas la peine de faire un stock de ouf, on déstresse 🙂

2) Faites attention et différenciez DLC (Date limite de consommation) et DLUO (date limite d’utilisation optimale) sur les produits. Comprenez que les yaourts, les œufs et autres catégories se gardent plus longtemps que la date DLC inscrite. Donc faut pas flipper et tout mettre à la poubelle direct. A Lire (attentivement, on évite aussi les intoxications alimentaires tant qu’à faire): http://alimentation.gouv.fr/dateperemption

3) Le Bruit du Frigo  fera un excellent médiateur entre toi, ton frigo et ton estomac, si tu n’as toujours pas d’inspi. Le principe : tu marques ce qui te reste, et le site s’occupe de te trouver des recettes cool.

« Rien ne se perd, tout se transforme. »

Ce mois-ci, chaque Vendredi, je vous présenterai 5 conseils anti-gaspillage alimentaire que j’avais réalisé en 2014 dans le Point Infos du Monde de Berlande (vous m’escuserez de la qualité des photos, c’était avec un vieux portable). Pour profiter de l’été et des soirées plage/barbeuc sans faire n’importe quoi avec ce qu’il y a dans l’assiette 🙂

Conseil n°1 : Rien ne se perd, tout se transforme

10731176_540630592738282_2077711305478283294_n

La cuisine c’est comme la chimie: rien ne se perd et tout se transforme. Par exemple, on peut en faire des choses avec une pomme de terre. Et même avec ses épluchures!

« Beurk mais qu’est-ce qu’elle dit la meuf » me direz-vous. Non non, je ne suis pas folle vous savez. Avec les épluchures de légumes comme la patate, courgette, carotte… (non traités ou bio, parce que le duo santé/pesticides concentrés n’est pas tip top), on peut faire…de très bonnes tartes! Quelques oeufs, du lait ou de crème, sel et poivre, et ce que vous voulez d’ailleurs (jambon, fromage…), vos épluchures et hop au four! Pour les épluchures de fruits, comme la pomme, optez pour des chips maison tout simplement. Un peu de sucre, et 40 min au four.

On peut aussi faire des salades et des plats plus élaborés, le tout c’est de tester et d’approuver . Tous à vos économes!:)